Blog

Petite Géographie Vagabonde - 5 de Martine Gasnier

Avenue de la gare, dans un de ces mornes immeubles noircis par une urbaine pollution, vivait Thomas. Il avait choisi cet endroit, non pour ce qu’il était, plutôt laid, mais pour ce qu’il représentait : la possibilité de voyages infinis. Petit, déjà, à l’école, il s’égarait dans les méandres des fleuves, et haletait au pied des sommets qu’il gravirait un jour. Il aimait ces cartes murales qui l’invitaient à l’évasion et rendaient plus feutrée la voix impérieuse du maître d’école. Il bâtissait ainsi, peu à peu, un royaume dont il serait l’héroïque aventurier. Quand son enfance s’acheva, il n’avait pas bougé de chez lui où des parents, peu curieux du monde, le maintenaient, mais il savait qu’il partirait bientôt et pour être tout à fait sûr, il avait opté pour le voisinage du chemin de fer. Chaque jour il retrouvait le hall où des êtres portant bagages se croisaient, se séparaient dans la tristesse ou se retrouvaient dans la joie. Lui, contemplait les tableaux des départs avec fièvre, sans vraiment élire une destination précise, toutes revêtaient pour lui le même charme et sonnaient à ses oreilles avec une poésie de lui seul appréciée. Dans son imagination, Verdun se confondait avec Nice, Roubaix avec Marseille, les noms qui s’allumaient étaient tous également promesses de bonheur. Il suffisait qu’il réunît quelques effets dans son sac de toile de baroudeur et qu’il prît un ticket pour l’inconnu. Il le ferait demain très certainement quand il aurait enfin renoncé à ce qui le retenait encore prisonnier.

Martine Gasnier vous livre chaque lundi un des treize textes formant sa « Petite géographie Vagabonde ».
© Martine Gasnier, juin 2020

Romans de Martine Gasnier publiés aux éditions Zinédi :
Itinéraire d’un révolté
L’Affaire Julie Clain, Prix de Littérature 2020 des Lions clubs de Normandie
Un prince mélancolique - À paraître le 24 septembre 2020

Lire la suite

Petite Géographie Vagabonde - 4 de Martine Gasnier

Thomas avait grandi Boulevard de l'Océan et, devenu jeune homme, y était demeuré parce que, disait-il, ce lieu ouvert sur l'infini marin serait pour lui un gage de liberté. Il s'installa dans l'idée que nul ne l'asservirait jamais et entreprit de vivre à sa guise. Quand les tramways vomissaient, dans l'aube glacée de l'hiver, la foule laborieuse, lui rêvait au rugissement des vagues et au vol des goélands. Doucement il s'habituait à l'idée que le vent du large altérerait sa respiration et brouillerait sa vue. Il différait sa sortie jusqu'au moment où il se sentait enfin prêt pour ce voyage à la fois si proche et si lointain qu'il accomplissait comme un rite sacré. Il croisait, sur son chemin, quelque vieille qui, à pas menus, promenait son chien ou bien un homme désormais sans âge qui rentrait chez lui lire le journal acheté au kiosque du coin. Lui était voyageur sans bagages que les entraves de la vie quotidienne ne concernaient pas. Lorsque l'été s'installait, il restait chez lui tout le jour dans l'attente de ce moment béni où les vacanciers replieraient serviettes et parasols, pour s'asseoir aux terrasses des cafés. D'une démarche hâtive, il se dirigeait vers la plage désormais vierge de toute agression. Il s'étendait sur le sable et laissait son esprit vagabonder en contemplant la fuite des nuages. Parfois lui parvenait l'écho de voix lointaines dont il ne cherchait pas à saisir le sens. Il était comme affranchi de tout lien social, entre la mer et lui était née une histoire qui le protégeait du monde. Il devait seulement ne jamais s'en éloigner. Le moindre faux pas lui eût été fatal, les autres l'enviaient et se tenaient en embuscade, prêts à fondre sur lui.

Martine Gasnier vous livre chaque lundi un des treize textes formant sa « Petite géographie Vagabonde ».
© Martine Gasnier, juin 2020

Romans de Martine Gasnier publiés aux éditions Zinédi :
Itinéraire d’un révolté
L’Affaire Julie Clain, Prix de Littérature 2020 des Lions clubs de Normandie
Un prince mélancolique - À paraître le 24 septembre 2020

Lire la suite

Petite Géographie Vagabonde - 3 de Martine Gasnier

Parce qu'elle voulait faire de sa vie une pièce de théâtre, Manon vivait rue de la comédie. Elle s'employait à tenir un rôle qu'elle ne lâchait jamais par crainte de sombrer dans l'anonymat qu'elle redoutait par dessus tout. A cinquante ans, elle possédait ce charme un peu vulgaire des femmes qui refusent de s'incliner devant le temps, arborent une tignasse faussement solaire et des lèvres hollywoodiennes. Elle régnait sur le cœur et l'imagination des hommes du quartier. Du boulanger au fonctionnaire, tous se sentaient les fiancés de cette voisine excentrique que ses congénères s'étaient tout naturellement mises à détester. Elle ne s'en souciait guère et se jetait dans les bras de celui qu'elle avait élu pour jouer le vaudeville de son choix avec une effronterie qui laissait pantois les bien-pensants. Tour à tour femme fatale vêtue de transparence soyeuse ou fausse ingénue en col claudine, elle déambulait, rire sonore et verbe haut, en compagnie de sa proie, attentive à ce qu'on la vît. Elle se plaisait à alimenter les ragots que de plus vieilles qu'elle colportaient de maison en maison et devenait, au fil des jours, une héroïne qui brillait sous les feux de la rampe, soucieuse que son étoile ne pâlit jamais. Fidèle à ses célèbres modèles, elle insistait pour qu'on l'appelât Mademoiselle et voyait dans cette exigence, un gage d'éternité.

Martine Gasnier vous livre chaque lundi un des treize textes formant sa « Petite géographie Vagabonde ».
© Martine Gasnier, juin 2020

Romans de Martine Gasnier publiés aux éditions Zinédi :
Itinéraire d’un révolté
L’Affaire Julie Clain, Prix de Littérature 2020 des Lions clubs de Normandie
Un prince mélancolique - À paraître le 24 septembre 2020

Lire la suite

Petite Géographie Vagabonde - 2 de Martine Gasnier

Les soirs d’été, Antoine s’attardait dans la rue du Paradis, une rue calme bordée de petits jardins noyés dans un fouillis végétal qui réchauffait son cœur prisonnier tout le jour du béton. Il humait l’air que parfumaient des rosiers anarchiques qu’aucune main criminelle n’avait taillés et se laissait envahir par une douce rêverie à peine troublée par le chant d'un oiseau ou le passage d’un chat qui, d'une démarche souveraine, regagnait son logis après une escapade dont il garderait le secret. Il y avait aussi la présence devinée d’une femme qui lisait en savourant la douceur de l’instant, le promeneur l’avait aperçue alors qu’elle levait les yeux de son livre et sa pensée ne l’avait plus quitté. De cette apparition, il avait fait la compagne de ses insomnies. Il se plaisait à imaginer sa vie solitaire au sein d’une maison toute vibrante des plus belles pages d’une littérature qu’un jour elle lui ferait découvrir. Elle lui raconterait des histoires éternelles d’amour et d’aventures qu’il ferait siennes pour devenir le héros qu’il n’avait jamais été. L’image d’une vie quotidienne, empêtrée dans les soucis mesquins s’effacerait peu à peu jusqu’à n'être plus qu’un souvenir intermittent. Il abandonnerait son logis dont la boîte à lettres dégorgerait d’un inutile courrier et ne franchirait plus jamais le seuil de son misérable bureau. Désormais, son avenir était là, près d’un être dont la réalité lui échappait parfois quand il voulait la saisir. Il persévérait pourtant, sûr qu’un jour il pénétrerait dans cet éden d’où le péché était banni. Il oubliait que la promesse du bonheur est un mirage aveuglant, la rue du Paradis en demeurerait l’antichambre mais aucune porte, jamais, ne s’ouvrirait sur la lumière.

Martine Gasnier vous livre chaque lundi un des treize textes formant sa « Petite géographie Vagabonde ».
© Martine Gasnier, juin 2020

Romans de Martine Gasnier publiés aux éditions Zinédi :
Itinéraire d’un révolté
L’Affaire Julie Clain, Prix de Littérature 2020 des Lions clubs de Normandie
Un prince mélancolique - À paraître le 24 septembre 2020

Lire la suite

Petite Géographie Vagabonde -1 de Martine Gasnier

Élise s’était installée « via dell'amore », une rue où le temps a refusé de poursuivre sa course pour permettre à l’homme de se sentir immortel. Insouciante, elle a oublié de surveiller son cœur qui s’est vite mis à faire l’école buissonnière. Il a d’abord écouté les mots sucrés murmurés par un voisin timide qui frémissait de son audace, peut-être même l’a-t-il encouragé à poursuivre avant de se lasser de ces interminables balbutiements. Quelques maisons plus loin vivait un peintre dont l’atelier apparut à ce cœur vagabond comme la promesse d’un miracle. Il entra et fut immédiatement fasciné par le désordre tout éclaboussé de couleurs qui régnait là. Des toiles inachevées côtoyaient de vieux chiffons saturés de taches et des piles d’annuaires téléphoniques poussiéreux, lien symbolique et peut-être rassurant avec le monde du dehors. Le maître des lieux l’invita à rester, il accepta et vécut dès lors une histoire peuplée des fantasmes de l’artiste. Les premiers temps, il en éprouva du bonheur ; attentif et doux il soignait des états d’âme qui, un jour pourtant, lui devinrent insupportables. Il s’enfuit un soir d’été, aiguillonné par la musique que déversait une fenêtre ouverte et prêt à tout pour quelque flirt sur l’une de ces chansons sentimentales qui lui faisait battre la chamade. Il se perdit quelque temps entre jamais et toujours, s’émut, pleura un peu et finit par songer au retour. Élise l’a retrouvé un matin sur le seuil de sa maison, elle lui a ouvert en souriant, l’air un peu coupable son cœur s’est excusé d'une aussi longue absence et a promis de ne pas recommencer.

Martine Gasnier vous livrera chaque lundi un des treize textes formant sa « Petite géographie Vagabonde ».
© Martine Gasnier, juin 2020

Romans de Martine Gasnier publiés aux éditions Zinédi :
Itinéraire d’un révolté
L’Affaire Julie Clain, Prix de Littérature 2020 des Lions clubs de Normandie

Le feuilleton de l’après Covid19 - Avant-propos

Nous dédions ces pages à notre ami et auteur Jean-Pierre Croset, parti rejoindre les muses qui l’ont accompagné toute sa vie.

Et ensuite... Le feuilleton de l'après confinement par les auteurs des éditions Zinédi - Avant proposEt ensuite... L’histoire commence à la fin de l’épidémie de Covid 19, en s’inspirant pour son démarrage de la conclusion de La Guerre des Mondes de H.G. Wells : « Il est possible que, dans le plan général de l’univers, cette invasion ne soit pas pour l’homme sans utilité finale ; elle nous a enlevé cette sereine confiance en l’avenir qui est la plus féconde source de la décadence ; elle a fait à la science des dons inestimables, et contribué dans une large mesure à avancer la conception du bien-être pour tous, dans l’humanité. »

Le personnage central, dont les auteurs de Zinédi racontent les tribulations, apprend la bonne nouvelle à la radio : dans sa région, le confinement est levé. Enfin, la liberté et le bonheur retrouvés ! Vraiment ?

Pierre Efratas, en bon conteur, a la lourde charge de démarrer cette histoire... et de la terminer !

Désormais, le feuilleton est publié dans son intégralité en version numérique et le sera prochainement en version imprimée. Les droits seront reversés au Secours Populaire. Acheter le livre numérique sur le site leslibraires.fr.

© crédit photo JillWellington@Pixabay

Vérité, poème de Claude Sarrassat

Vérité

Poème de Claude Sarrassat

La Vérité sortit du puits
On la croyait dans les étoiles,
Au bord des trous noirs de la nuit,
Dans le sillage d’une voile .

Sous un manteau, elle était nue
Et le visage à découvert.
Personne ne l’a reconnue,
Le long de son chemin désert.

On rêva de la détenir,
Depuis, frileuse, elle se cache,
Des philosophes, des émirs,
Des dogmatiques qui la fâchent.

Certains ont cru la reconnaître
Dans une symphonie de Mozart,
Le tableau d’une scène champêtre,
Un poème de Paul Eluard.

En vérité, Jésus l’a dit,
Elle est en marche sur la Terre,
Poursuivant la quête infinie
D’élever les hommes au rang de frères.

© Claude Sarrassat, mai 2020
Nous, les gosses - Un quartier de Paris sous l’Occupation

Le feuilleton de l’après Covid19 - chapitre 1

Rocher Antarctique à tête de loup - Et ensuite... chapitre 1 du feuilleton écrit par les auteurs des éditions ZinédiEt ensuite... Chapitre 1 par Pierre Efratas (Les Deux Chants du Cygne)

Au début, j’avais cru à un canular de facétieux admirateurs de H.P. Lovecraft. Ces soi-disant traces d’une ancienne colonie humaine enfouie sous deux kilomètres de glace antarctique me faisaient invinciblement penser aux montagnes hallucinées du papa de Cthulhu.

Hallucinées était le mot, et en dépit de la vieille amitié qui me liait à Henry Dodgson, professeur retraité d’archéologie de l’Université de Cambridge, j’avais refusé, poliment mais instamment, de perdre mon temps en recherches sur une théorie clinquante aussi peu étayée par les faits. Je suis archéologue spécialisée dans les anciennes civilisations arctiques, et le pôle Sud ne me concernait en rien !

Peu convaincu par mon refus, le bon Henry avait tenu à envoyer à « sa très estimée collègue » (moi, Juliette Maroy, grande découvreuse) des photos prises par la Nasa à l’occasion des essais de lancement de l’ICESat-2, un satellite d’observation de la surface de la glace polaire. Les clichés obtenus comportaient effectivement des bizarreries topographiques. Avec un peu d’imagination et en se fiant exclusivement à la conformation de l’ensemble, on pouvait penser à des structures pyramidales et même à l’architecture d’une cité enfouie. Cependant, il arrive aussi que les nuages ressemblent à des éléphants ou à des licornes. Or, jusqu’ici, il fallait bien admettre qu’aucune défense ou corne en ivoire n’était tombée du ciel. Je réservai la primauté mondiale de cette observation à Dear Henry, espérant décourager ses entreprises de subornation scientifique. 

Ce glorieux échange eut lieu en mai 2017. À cette époque, j’étais trop occupée par mes travaux sur d’anciens outils découverts sous un muret de cailloux érigé à l’extrême nord de l’aire géographique attribuée jusque-là aux Inuits, pour me préoccuper des obsessions d’un retraité qui s’ennuyait.

Trois ans passèrent sans plus de nouvelles de sa part et le monde en profita pour tomber dans la léthargie du Covide intégral. Mais pas Dodgson ! Le 25 juin 2020, en effet, il choisit de relancer sa brillante affaire.

Étant confinée, je croyais tenir le prétexte plus ultra pour lui répondre par une fin de non-recevoir. Pensez-vous ! Au lieu de me laisser claquer des dents à l’idée de choper la saloperie couronnée ou de rêver au Grand soir du jour du déconfinement, le vieux loufoque se mit à me harceler. À son estime, de nouveaux clichés encore plus sensationnels que les précédents ne pouvaient que dynamiter mon étroit rationalisme cartésien. Il m’en bombarda littéralement.

– Regardez, Juliette, n’est-ce-pas terriblement excitant ?

– Certainement. Mais comme je vous l’ai dit précédemment, je ne suis pas compétente en cette matière et je vous suggère vivement de prendre contact avec le British Arctic Survey. Eux pourront certainement vous répondre.

– Vous croyez au Père Noël, Juliette ? J’ai essayé. Et vous savez quoi ? Ces têtes dogmatiques n’ont rien à faire des preuves que je leur apporte.

– Vous m’en voyez terriblement désolée.

– Arrêtez de vous payer ma tête et regardez plutôt ce que je vous envoie.

À cet instant, une main tambourina à ma porte, main s’accompagnant d’une voix de garage qui s’écria : « Madame la Professeure ! Ça y est ! La télé a dit que le déconfinement était pour ce soir ! »

La nouvelle était heureuse et j’en remerciai poliment ma gardienne d’immeuble, sans ouvrir mon huis cependant, littéralement sidérée par ce que Dodgson venait de m’envoyer.

À suivre...

La suite est à lire dans le livre numérique en vente sur le site leslibraires.fr au prix de 1,99 € et sur tous les sites de vente en ligne. Les droits du livre sont reversés au Secours Populaire.

© Crédit photo Liam Quinn

Le feuilleton de l’après Covid19 - chapitre 2

Oeil ordinateur - Et ensuite... chapitre 2 du feuilleton écrit par les auteurs des éditions ZinédiEt ensuite... Chapitre 2 par Jean-Louis Azencott (Les Petits Matins, La Trappe, Les Fables de La Fontaine en argot illustrées)

Pour lire la suite, achetez le livre au profit du Secours Populaire :

E-book : 1,99 €. Envente sur leslibraires.fr, sur notre librairie ou sur toute autre librairie en ligne.
Version imprimée : 6,90 €. Bientôt en librairie et sur notre librairie.
 

 

Le feuilleton de l’après Covid19 - chapitre 3

Matrice système - Chapitre 3 du feuilleton "Et ensuite..." écrit par les auteurs des éditions ZinédiEt ensuite... Chapitre 3 par André Fanet (Antigone conduisait mal)

Pour lire la suite, achetez le livre au profit du Secours Populaire :

E-book : 1,99 €. Envente sur leslibraires.fr, sur notre librairie ou sur toute autre librairie en ligne.
Version imprimée : 6,90 €. Bientôt en librairie et sur notre librairie.

© Crédit photo Matryx@Pixabay

Le feuilleton de l’après Covid19 - chapitre 4

Ecran brisé - Chapitre 4 du feuilleton "Et ensuite..." écrit par les auteurs des éditions ZinédiEt ensuite... Chapitre 4 par Martine Gasnier (Itinéraire d’un révolté, L’Affaire Julie Clain)

Pour lire la suite, achetez le livre au profit du Secours Populaire :

E-book : 1,99 €. Envente sur leslibraires.fr, sur notre librairie ou sur toute autre librairie en ligne.
Version imprimée : 6,90 €. Bientôt en librairie et sur notre librairie.

© Crédit photo Jef Poskanzer

Le feuilleton de l’après Covid19 - chapitre 5

Femme affolée au téléphone - Chapitre 5 du feuilleton "Et ensuite..." écrit par les auteurs des éditions ZinédiEt ensuite... Chapitre 5 par Jacqueline Grand (Tu n’as pas rêvé, Le Secret)

Pour lire la suite, achetez le livre au profit du Secours Populaire :

E-book : 1,99 €. Envente sur leslibraires.fr, sur notre librairie ou sur toute autre librairie en ligne.
Version imprimée : 6,90 €. Bientôt en librairie et sur notre librairie.

 

Le feuilleton de l’après Covid19 - chapitre 6

Lande et lacs écossais - Chapitre 6 du feuilleton "Et ensuite..." écrit par les auteurs des éditions ZinédiEt ensuite… Chapitre 6 par Francis Germain (Les Bubble Guns)

Pour lire la suite, achetez le livre au profit du Secours Populaire :

E-book : 1,99 €. Envente sur leslibraires.fr, sur notre librairie ou sur toute autre librairie en ligne.
Version imprimée : 6,90 €. Bientôt en librairie et sur notre librairie.

© Crédit photo John Mcsporran

Le feuilleton de l’après Covid19 - chapitre 7

La glace en Antarctique - Chapitre 7 du feuilleton "Et ensuite..." écrit par les auteurs des éditions ZinédiEt ensuite… Chapitre 7 par Yan Kouton (Des effondrements souterrains, Les Oiseaux de proie, Le Passeur)

Pour lire la suite, achetez le livre au profit du Secours Populaire :

E-book : 1,99 €. Envente sur leslibraires.fr, sur notre librairie ou sur toute autre librairie en ligne.
Version imprimée : 6,90 €. Bientôt en librairie et sur notre librairie.

© Crédit photo Ilangr@Pixabay

Le feuilleton de l’après Covid19 - chapitre 8

Cosmos Matrice - Chapitre 8 du feuilleton "Et ensuite" écrit par les auteurs des éditions ZinédiEt ensuite… Chapitre 8 par Gilles Pivard (Les Deux Chants du Cygne)

Pour lire la suite, achetez le livre au profit du Secours Populaire :

E-book : 1,99 €. Envente sur leslibraires.fr, sur notre librairie ou sur toute autre librairie en ligne.
Version imprimée : 6,90 €. Bientôt en librairie et sur notre librairie.

© Crédit photo Matryx@Pixabay

 

Tribune collective pour un tarif postal du livre

Pour libérer l’envoi des livres: le tarif postal dédié aux livres

« Face aux difficultés du secteur du livre, un collectif d'associations d'éditeurs et de libraires propose une solution que défendent auteurs, éditeurs, diffuseurs, libraires et lecteurs: le tarif postal spécifique à l’objet livre, pour aider à « atteindre chaque lecteur où qu’il soit ». Ce serait là un « signe brillant, positif, résilient », sans quoi « nous risquons d’abandonner le commerce du livre aux grandes plateformes du web qui pratiquent une concurrence déloyale ».

La tribune complète est à lire sur Médiapart ou en téléchargement en bas de ce billet. Elle est signée par :

AMEB maisons d’édition de Bretagne,
Éditeurs associés de l’Est,
Éditeurs des Hauts-de-France,
coll. libris éditeurs en Pays de la Loire,
N2L éditeurs de Normandie,
Éditeurs de Nouvelle-Aquitaine,
ERO éditeurs de la région Occitanie,
Éditeurs du Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur,
EIRA éditeurs en Rhône-Alpes et Auvergne,
AETI éditeurs de Tahiti et des îles,
Jedi Paca, France Photo Book,
Les Éditeurs associés,
L’autre livre,
UEVI éditeurs de voyage indépendants,
SEA Syndicat des Éditeurs Alternatifs,
SLF Syndicat de la Librairie Française,
LILE libraires de l’Est,
alip libraires en Pays de la Loire,
ARLL Mayotte, Libraires en Normandie,
LINA libraires de Nouvelle-Aquitaine,
Librairies Initiales,
Libraires Ensemble,
Comité Quartier Latin,
CIL Confédération de l’Illustration et du Livre,
MEL Maison des Écrivains et de la Littérature,
Pen club français,
FILL Fédération Interrégionale des agences du Livre et de la Lecture

La tribune est disponible en téléchargement 20200520 tribune tarif postal livre20200520-tribune-tarif-postal-livre.pdf (670.01 Ko)

Le feuilleton de l’après Covid19 - chapitre 9

Montagne de glace Chapitre 9 de "Et ensuite..." histoire collective des auteurs des éditions ZinédiEt ensuite… Chapitre 9 par Marie-France de Monneron (Si la femme mange du lion, c’est pour faire rugir l’homme, Comment rendre un paon heureux)

Pour lire la suite, achetez le livre au profit du Secours Populaire :

E-book : 1,99 €. Envente sur leslibraires.fr, sur notre librairie ou sur toute autre librairie en ligne.
Version imprimée : 6,90 €. Bientôt en librairie et sur notre librairie.

© Crédit photo Enriquelopezgarre@Pixabay

 

Le feuilleton de l’après Covid19 - chapitre 10

Arche lumineuse, mondes parallèles Chapitre 10 du feuilleton "Et ensuite..." écrit par les auteurs des éditions ZiédiEt ensuite… Chapitre 10 écrit par Joëlle Tiano-Moussafir (Le sel des larmes est parfois doux, Le Dernier Courbet)

Pour lire la suite, achetez le livre au profit du Secours Populaire :

E-book : 1,99 €. Envente sur leslibraires.fr, sur notre librairie ou sur toute autre librairie en ligne.
Version imprimée : 6,90 €. Bientôt en librairie et sur notre librairie.

 

 

© Crédit photo Alain9187@Pixabay

 

Le feuilleton de l’après Covid19 - chapitre 11

Femme en fuite dans la neige - Chapitre 11 du feuilleton "Et ensuite..." écrit par les auteurs des éditions ZinédiEt ensuite… Chapitre 11 par Pierre Efratas (Les Deux Chants du Cygne)

Pour lire la suite, achetez le livre au profit du Secours Populaire :

E-book : 1,99 €. Envente sur leslibraires.fr, sur notre librairie ou sur toute autre librairie en ligne.
Version imprimée : 6,90 €. Bientôt en librairie et sur notre librairie.

A la découverte de Fawaz Hussain

Le Kurde qui regardait passer les nuagesTous les jeudis à 15 heures, les éditions Zinédi vous donnent rendez-vous pour découvrir un auteur en vous proposant un extrait d’un livre de leur catalogue.

Jeudi 9 mai, nous vous proposons de découvrir Fawaz Hussain, dont les éditions Zinédi ont publié le roman Le Kurde qui regardait les nuages en septembre 2019 dans la collection Textures, dirigée par Gilles Vidal.

Fawaz Hussain est né en 1953 à Amouda, près d’Hassaké, dans le nord-est de la Syrie dans une famille kurde. Après une licence de Lettres obtenue à l’université d’Alep, il vient à Paris poursuivre ses études et obtient un doctorat de Lettres modernes à la Sorbonne. Il enseignera le français en France, puis en Suède et de nouveau en France où il réside.
Romancier et traducteur, ses langues d’écriture sont le français et le kurde, il a notamment traduit Le Petit Prince de Saint-Exupéry et L’Étranger de Camus en kurde. Il a également participé à l'élaboration d’un dictionnaire kurde-français, le seul qui existe, publié par l’Institut kurde de Paris et élaboré une anthologie en kurde de la littérature française des XVIIe et XVIIIe siècles, publiée en Suède aux éditions Apec. Parmi ses ouvrages, citons : Les Sables de Mésopotamie (Le Rocher / Point Seuil), récit d’une enfance kurde, Prof dans une ZEP ordinaire (Le Rocher /Le Serpent à Plumes) qui raconte avec humour le quotidien d’un jeune prof d’origine kurde dans un lycée de Seine-saint-Denis, Orages pèlerins (Le Serpent à Plumes) dans lequel quatre Kurdes tentent l’aventure de l’exil, Le Rêveur des bords du Tigre (Les Escales, 2017), une fable poétique et tragique où le réel et le fantastique s’entremêlent, Le Syrien du septième étage (Le Serpent à Plumes, 2018), un hommage rendu aux petites gens.

Le Kurde qui regardait passer les nuages est la rêverie d’un promeneur solitaire.

Au détour d’une rue de Paris, d’un café, d’un rendez-vous chez le médecin, Fawaz Hussain entraîne le lecteur sur les chemins de la mémoire. À cœur ouvert.
Fawaz Hussain continue avec ce livre de raconter son parcours de déraciné, parsemé à la fois de belles fleurs et d’orties. Ici, tout en nous narrant ses petits problèmes du quotidien et ceux de Kurdes de sa connaissance cherchant à s’intégrer, la nostalgie de sa jeunesse et son non-pays perdu, il ouvre son cœur, et nous dévoile l’objet d’un amour qu’il a toujours au fond des tripes et qu’il aimerait pouvoir retrouver tout en sachant que c’est impossible, que l’on ne peut pas revenir en arrière : Magalie Tenenbaum, une artiste juive torturée qui peint inlassablement des baraquements oblongs de camps de concentration tombant du ciel à n’en plus finir, de toile en toile.

L’écriture de Fawaz Hussain est incisive, directe quand il parle du malheur kurde, de l’exil, elle se fait douce et poétique quand s’ouvre le coeur de l’amoureux.

Lire la suite