édition indépendante

5 éditeurs normands réunis pour lancer une boutique éphémère

Badge colov2Cinq maisons d'édition en Normandie unissent leurs forces, leurs convictions, leurs passions pour continuer à faire vivre la bibliodiversité : La Marmite à Mots, jeunesse, Éditions Le Soupirail, littérature française et étrangère Éditions Zinédi, littérature générale, RABSEL Éditions, spiritualité, FLéditions, photo. Le projet ? Ouvrir une boutique éphémère au Havre en novembre et décembre, Le Havre aux livres pour aller à la rencontre de notre public, partager nos expériences éditoriales, faire connaître notre métier et notre savoir-faire et faire face, ensemble, aux difficultés économiques qui touchent durement les maisons d'éditions indépendantes, fortement et durablement impactées par la crise sanitaire. La visibilité durement acquise en librairie s'est effondrée : nous avons dû reporter ou annuler nos parutions, les manifestations littéraires s'annulent les unes après les autres, les libraires ont fait le choix, compréhensible, de mettre en avant les blockbusters littéraires et les livres des grandes maisons de la rentrée littéraire, puis des prix pour des raisons économiques.

L'ouverture d'une boutique éphémère créative et innovante va nous permettre de créer un événement inattendu, surprenant et attisant ainsi la curiosité. La création d'un showroom temporaire suscitera l’intérêt car il n'existe quasiment pas de boutique dans ce genre. De plus, nous pourrons aussi y présenter notre fonds et pas uniquement nos nouveautés.

Par ailleurs, cette première mutualisation pourrait servir de base à une réflexion plus vaste à entamer entre éditeurs indépendants d'une même région sur la création d'une association d'éditeurs et de la nécessité de se regrouper sur un certain nombre d'actions.

Nous avons besoin du soutien de tous, vous pouvez nous aider à concrétiser ce projet, qui a reçu le soutien plein et entier de la Drac, de l'agence Normandie Livre et Lecture, de la région, en contribuant pour quelques euros au financement participatif sur Ulule et en venant nous rencontrer aussi bien sûr !

Lettre ouverte au ministre de la Culture

L'association l'autre LIVRE, qui regroupe 250 maisons d'édition indépendantes, écrit une nouvelle fois au ministre de la Culture, Franck Riester, pour demander un tarif postal privilégié pour le livre, comme c'est le cas pour la Presse depuis la Libération :

Lettre ouverte au ministre de la Culture

à M. Franck Riester, Ministre de la Culture

Paris le 27/04/2020

Monsieur le Ministre,

Vous avez annoncé que vous alliez rendre public, dans les jours qui viennent, un ensemble de mesures concernant la filière du livre.

Nous avons de sérieuses raisons de redouter les conséquences de la période que nous traversons sur la vie et l’activité de l’ensemble des acteurs de la chaîne du livre.

La fermeture des librairies (qui met de nombreux libraires indépendants dans une situation délicate) a aussi un effet immédiat et direct sur nos maisons d’édition. Nous craignons qu’un certain nombre d’éditeurs d’indépendants n’y survivent pas.

S’ils disparaissent, ce sont des catalogues qui vont disparaître des rayons des librairies. C’est avant tout la capacité de création éditoriale, la diversité et le pluralisme culturel de notre pays qui seront abimés. Dans certains domaines, en particulier ceux qui sont jugés non commerciaux, les petits éditeurs, les éditeurs indépendants qui sont animés avant tout par la passion du livre, jouent un rôle de création essentiel. C’est le cas notamment pour la poésie, la nouvelle, la philosophie, l’essai, la traduction, l’histoire régionale et sociale, le livre jeunesse…

Parmi les mesures qui nous paraissent indispensables, il y en a une à propos de laquelle nous vous avons écrit dès les premiers jours du confinement et sur laquelle vous nous permettrez de vous relancer.

Les circonstances actuelles rendent en effet urgent la mise en œuvre d’un tarif postal préférentiel pour le livre, à l’image de ce qui existe pour la presse.

Actuellement les tarifs postaux qui nous sont imposés quand nous envoyons nos livres aux libraires, aux bibliothécaires, aux lecteurs, pèsent très lourd dans l’économie de nos maisons.

Cette revendication qui est aujourd’hui soutenue par plus de vingt associations d’éditeurs, nationales et régionales, n’est pas une revendication catégorielle, voire « corporatiste ». Elle répond à une nécessité pour tous les acteurs de la filière du livre : qu’ils soient auteurs, éditeurs, distributeurs, libraires, bibliothécaires, lecteurs.

Elle a d’ailleurs fait l’objet de plusieurs pétitions dont celle qu’avait lancée notre association et qui avait recueilli plus de 4 000 signatures.

D’autre pays européens, comme vous le savez, pratiquent une tarification spéciale.

En France, il existe un tarif postal particulier, dit « livres et brochures » qui n’est appliqué que pour les envois à l’étranger, afin d’aider à la promotion de la culture française à l’étranger.

Mais aujourd’hui, c’est ici même et maintenant qu’il faut soutenir la diffusion de la culture.

Nous pensons donc qu’il faudrait sans tarder généraliser ce tarif aux envois de livres en France et dans les TOM-DOM.

Il n’est pas dit qu’un tel tarif entraîne un manque à gagner pour la Poste, car il pourrait favoriser en retour une plus grande circulation postale des livres.

Ne pas donner droit à cette revendication serait par contre favoriser les géants du commerce en ligne qui risquent fort de profiter de la crise actuelle, au détriment des autres acteurs de la filière.

Vous remerciant par avance de l’attention que vous porterez à notre demande, nous sommes à votre disposition pour toute concertation et vous prions de croire en l’assurance de notre considération.

Francis Combes

Président de l’autre LIVRE
www.lautrelivre.fr

Vous pouvez retrouver les précédentes lettres adressées au ministre de la Culture et au ministre de l'Economie et des finances sur « Nos revendications ».

Rentrée littéraire 2019 chez Zinédi

Hasard du calendrier, question de circonstances, les éditions Zinédi ont dû attendre cet été pour publier ces magnifiques nouveaux textes. Puissent nos livres avoir un peu de visibilité dans ce grand bazar qu’on appelle la rentrée littéraire et qui a la fâcheuse tendance à éclairer encore plus ceux qui captent déjà toute la lumière. Il ne tient qu’à vous, amis lecteurs, de vous emparer de nos livres et d’en parler autour de vous à toute occasion, car ce ne sont pas les grands médias nationaux qui le feront, nos services de presse se transformant aussi vite en "état neuf", "presque neuf" sur les plates-formes de vente en ligne, au détriment des auteurs et des éditeurs puisque ces livres n’ont même pas été achetés une fois.

Voici donc dans l’ordre de parution les titres qui peuvent être commandés chez tout libraire physique ou en ligne ou précommandés :
Nous, les gosses - Un quartier de Paris sous l’Occupation, roman de Claude Sarrassat (11 juiillet)
La Boussole d’Einstein, roman de Gilles Vidal (4 août)
Le Dernier Courbet, roman de Joëlle Tiano-Moussafir (22 août)
Pour que justice soit faite, roman d’Alexis Ruset (5 septembre)
Brûler le Louvre, nouvelles de Didier Goupil (10 septembre)
Itinéraire d’un révolté, roman de Martine Gasnier (19 septembre)
Antigone conduisait mal, roman d’André Fanet (24 septembre)
Le Kurde qui regardait passer les nuages, roman de Fawaz Hussain (26 septembre)
Symphonie en psy mineur, nouvelles d’Hervé Mestron (10 octobre)

Tous nos livres existent également en version numérique et sont en vente ou précommande sur les sites des libraires et les paltes-formes de vente.

La rentrée chez Zinédi, c’est aussi le lancement de la collection Textures, dirigée par Gilles Vidal.

Bonne découverte !

Un plan Art et Essai pour le livre

Dans une lettre adressée à la ministre de la Culture et publiée sur le site du Monde Diplomatique, Guillaume Basquin, co-fondateur des éditions Tinbad, propose un plan "Art et Essai" pour préserver l’édition indépendante et, par là même, la bibliodiversité :

« C’est en effet en se basant sur ce qui s’est pratiqué depuis l’après-guerre dans le cinéma en France, avec le succès que l’on sait (la France est devenue l’abri pour tout le cinéma de recherche mondial et a réussi à imposer la notion d’exception culturelle), que l’on pourra tenter de sauver la Littérature de recherche française : imposition de quotas aux librairies qui bénéficient de subventions publiques avec un label bien identifiable. Des Tartuffes rétorqueront que c’est déjà le cas avec le label LIR (pour Librairie de Référence)… Quelle blague ! On y voit ici le dernier Dan Brown, l’auteur de Da Vinci Code ; là les livres « politiques » de la dernière campagne présidentielle… Sans quotas drastiques, c’est toujours la main aveugle du marché (et des lecteurs qui risquent de ne connaître que les produits soutenus par le marché) qui dicte sa voix. Rien à faire ?… Si ! Comme dans le cinéma, où il est de notoriété publique que les salles « art & essai » n’ont pas accès aux gros films ni même aux « films du milieu », il faut, sous peine de perte des subventions d’État, qu’un lecteur qui entrera dans une librairie de type « Art & Essai » soit sûr de n’y pas trouver les mêmes livres qu’ailleurs ! Solution utopique ? communiste ? fouriériste ? Mais dans le cinéma, c’est ce qui est appliqué toutes les semaines, et depuis des dizaines d’années : avec en plus une taxe sur le prix des billets, qui permet que les gros films contribuent au financement des petits, etc. Qui se plaindrait de ce cercle vertueux ?

Dès les années 1930, les grand studios hollywoodiens mettent en place un contrôle vertical de leurs productions : ils achètent ou construisent des centaines de salles pour montrer exclusivement leurs propres films. Pensez-vous une seconde qu’un John Cassavetes ou qu’une Shirley Clarke aurait pu trouver de la place avec un tel système ? Un arrêt de la Cour suprême des États-Unis, dit « United States versus Paramount Pictures » (1948), y mit fin. Le voici synthétisé par Wikipédia : « La cour estima en effet que les pratiques des studios, qui détenaient leurs propres circuits de distribution, leurs propres chaînes de cinéma et négociaient des droits d’exploitation exclusifs, étaient en violation des lois interdisant certaines formes de restrictions verticales. Pour le droit de la concurrence, cette décision fit jurisprudence pour les cas ultérieurs de contestation des formes d’intégration verticale. »

Communiqué de L'Autre Livre

Dans sa dernière livraison, le magazine « Télérama » affiche à la une des « Etats Généraux de la Culture », ainsi définis dans l’éditorial : « montrer qu’existent dans toute la France quantité d’aventures artistiques et culturelles qui redonnent sens et énergie à nos existences, repensent et réinventent notre société »…

On ne pourrait qu’applaudir, mais une absence de taille freine l’enthousiasme : dans un dossier de quelque 27 pages, le livre et la lecture ne sont jamais évoqués, comme si, encore et toujours, l’auteur et son éditeur devaient être relégués dans les coulisses de la société du spectacle.

Nous invitons donc l’équipe de « Télérama » à nous rendre visite à la Halle des Blancs Manteaux, du 11 au 13 novembre, pour faire connaissance avec cette « aventure artistique et culturelle » que représente l’édition indépendante.