Pour que justice soit faite

Babelio - Critique du 2 octobre 2019

La critique de JHM1905 :

« Un court prologue nous replonge dans les horreurs des attentats terroristes qui ont secoué Paris et toute la France. Une explosion a lieu et Sama (algérienne de naissance mais adoptée par un couple de Français) craint le pire, elle n'a pas de nouvelles de sa petite dernière, Julie, qui s'est convertie à l'Islam il y a peu.
Pour comprendre le contexte de la peur et de la crise, nous retournons donc plusieurs années derrière à la fin des années 50 et au début des années 60 où l'Algérie brûle entre sa part Algérienne et sa part Française.
Nous marchons dans les traces de plusieurs personnages et nous vivons à travers leurs yeux l'horreur, la guerre, la trahison. Excessivement bien documentée, la plume vive et intelligente de Ruset nous transporte très facilement dans le contexte conflictuel de l'époque. [...]
Après un long voyage, on revient à notre époque et on se remémore avec difficulté et souffrance l'attentat de Charlie Hebdo. On y rencontre un jeune radicalisé à la recherche de jeunes gens déchirées et facilement influençables sur les réseaux sociaux. Entre colère et indignation, on ne peut lever les yeux des mots de Ruset tellement ils sont teintés de justesse et de réalisme... aussi affolants ces mots soient-ils. [...]

En plus d'avoir passé un moment fort émotionnel avec ce bouquin, j'ai beaucoup appris culturellement parlant. [...] »

Lire la critique complète sur le site de Babelio

Babelio - Critique du 27 septembre 2019

La critique de JML38 :

« [ ...] Dans une deuxième partie plus courte, après une transition un peu rapide à mon goût, l'action se passe de nos jours, centrée sur les événements tragiques qui ont frappé la France depuis l'attentat de Charlie Hebdo. L'auteur s'intéresse, à travers la destinée de certains descendants des familles revenues d'Algérie, aux mécanismes mis en oeuvre par de véritables recruteurs professionnels pour radicaliser des personnes influençables, n'ayant pour certaines au départ que peu de relations avec la religion islamique. J'ai lu avec beaucoup d'intérêt ces pages, avec un sentiment de malaise face à la manière dont ces manipulateurs parviennent à canaliser les doutes et les questionnements de personnes en recherche d'identité pour les transformer en actes violents. [...]

Je n'ai pas retrouvé ce qui m'avait impressionné dans le premier roman d'Alexis Ruset, «Pour que la mort ne crie pas victoire», cette écriture lyrique et poétique faisant passer beaucoup d'émotions. Certainement que les périodes concernées par le récit s'y prêtent plus difficilement, trop douloureuses dans les mémoires ou trop actuelles. J'ai trouvé le style un peu froid avec l'impression de rester spectateur de cette histoire qui, bien que m'ayant beaucoup intéressé, ne m'a pas vraiment transporté, sauf dans les toutes dernières pages d'une très grande beauté tragique. »

Lire la critique complète sur le site de Babelio

Le Salon littéraire - Article de Bertrand du Chambon du 20 septembre 2019

« [...] L’art exceptionnel d’Alexis Ruset est de nous contraindre à le suivre dans un monde presque oublié de nos jours, tandis qu’il retrace des dizaines d’années de l’histoire de la France et du vaste monde. Gardant toujours la distance exacte, l’auteur brosse peu à peu sa fresque et nous emmène : "Quand je suis arrivé, c’était trop tard. Salim, il baignait dans son sang, et les deux femmes aussi. […] Alors je suis venu ici avec le bébé en me disant qu’elle serait bien avec toi, mon capitaine…"
Et l’officier va adopter une enfant dont il ne sait presque rien… L’époque est au complot, à la vengeance, aux plasticages.

[...] Embrassant cinquante ans de notre histoire récente, Alexis Ruset façonne un roman de l’histoire : difficile de le cataloguer "roman historique", car il est beaucoup plus respectueux de l’histoire que la plupart des fictions ainsi dénommées. Maître dans l’art de conter des histoires, Ruset est surtout un maître de l’histoire. Nous prend alors l’envie de relire ses deux précédents romans – ils nous rassasieront pour cet automne. »

Lire l'article complet de Bertrand du Chambon

Pour que justice soit faiteRetour à la fiche du roman d'Alexis Ruset
Pour que justice soit faite

Ajouter un commentaire