Les Fables de La Fontaine en argot illustrées - Revue de presse

La chronique de Lee Ham du 23 juillet 2019

« Rien qu’en lisant le titre, le sourire vient aux lèvres et l’imagination devient débordante. Imaginez Le corbeau et le renard se terminant par « qui vole un from’ton puera du bec » . Les poèmes se succèdent d’abord dans la version originale, puis dans la version argot qui fait sourire ou rire. Au choix... C’est ainsi au fil des pages. Je vous laisse imaginer la fable de la cigale et la fourmi. Toute une histoire. Des crises de fous rires garantis. Les dessins ne font que contribuer à ces éclats de rire.
Nous découvrons l’oeuvre de La Fontaine sous un autre univers. Les croquis sont exécutés comme des bandes dessinées avec des bulles de discussion. Des échanges épiques. C’est avec beaucoup de plaisir que nous tournons les pages. Chaque fable est une succulente découverte... »

Lire la chronique complète sur le blog de Lee Ham

Félicie lit aussi - Chronique du 14 novembre 2017

« [...] Les fables sont reprises intégralement en argot, c’est super bien fait, j’ai beaucoup rit ! Ce langage est d’un franc parlé, bien franchouillard quelquefois et c’est très drôle ! La morale de l’histoire est quelque-peu grasse mais on s’en fiche, le ton est donné

Babelio - 9 octobre 2017

La chronique de Rosendero :

« Un recueil rafraichissant et drôle qui, sans rendre les fables de la Fontaine plus accessibles (la présence de la version originale nous rappelle combien cette langue est déjà désuète), en donne une autre lecture, plus rustique, plus verte, plus populaire, avec sa Morale revisitée, souvent grasse ou humoristique. Les fables actualisées, rendues contemporaines grâce à cette langue du peuple, riche et rythmée, se reconnaissent bien, et l'on se plait à comparer la version paillarde et la version d'origine, à déceler les sens cachés derrière certains vers du poète.
Un livre à offrir ou à garder et à ressortir de temps en temps, lorsqu'on aura envie de se réciter les fables de la Fontaine avec la voix, le rythme et les mots de Gabin en tête. [...] »

Lire la chronique de Rosendero sur Babelio

L'Eclaireur du Gâtinais - Article du 30 novembre 2016

161130 art eclaireur du gatinais

Ajouter un commentaire