Incertain temps

Incertain temps

Cv incertain tempsRoman de Christian Rolland

ISBN 978-2-84859-124-7
116 pages - 14 €
Broché

Commandez le livre à votre libraire ou cliquez sur les liens ci-dessous pour un achat en ligne
Édition imprimée : 14 € Édition numérique : 4,99 €

Présentation

Depuis la réception d’un étrange e-mail émanant d’un inconnu, des rêves d’un réalisme impressionnant peuplent les nuits du narrateur. Et puis, il y a ce message lui demandant de relater un incident survenu il y a bien longtemps dans son enfance. Qui peut avoir connaissance de cet événement qu’il croyait être le seul à connaître ? Y a-t-il un rapport entre ces rêves et les personnages qu’il y croise ?
Au fil des songes, des messages et des rencontres, le rêveur va dénouer l’intrigue d’événements où il frôla la mort, jusqu’à ce que surgisse une réponse inconcevable. Quelqu’un, depuis son enfance, le manipule et, à travers lui, probablement l’humanité.

Extrait

À l’issue d’une journée de travail bien chargée et avant de dîner en tête-à-tête avec ma femme, je m’accorde un peu de temps pour consulter ma messagerie. Un rite quotidien depuis plusieurs années…
Il faut quelques secondes pour que les messages arrivent dans la boîte à lettres ; pour bien faire, je devrais revoir l’abonnement afin d’augmenter ce débit… Mauvaise habitude que de toujours remettre à plus tard…
Dans la petite pile de messages, l’un attire mon attention par son titre : « Le temps est venu ». Certainement le harcèlement d’une pub, mais dans le doute je préfère ouvrir le document…
« Ceci est notre première prise de contact. Le temps est venu en ce qui nous concerne. À compter de ce jour il sera impératif de communiquer régulièrement sur ce média. Ne rejetez surtout pas ce message, ni les prochains… Pour votre bien, astreignez-vous aux conseils que nous vous adresserons. N’ayez crainte ! À bientôt… »
Je regarde qui a envoyé ce ridicule message publicitaire, mais rien ne le signale. Aucune information sur l’origine de l’émetteur ! Apparemment il a été transmis il y a une demi-heure…
J’envisage presque instantanément une blague d’un ami ! Évidemment ! Et il n’y a qu’Aldo pour me jouer un tour pareil…
Je vais le laisser mijoter et ne pas lui répondre tout de suite. On verra demain ce qu’il aura trouvé de mieux à m’envoyer…
En attendant, je montre le message à ma femme qui confirme également, en souriant, que « c’est de l’Aldo tout craché ».
 
Sentiment instinctif de l’heure du réveil qui approche… Il s’agit d’une période nébuleuse, indéfinie où songe et réalité s’entremêlent intimement ; un rêve retarde encore la venue du réel alors que je suis toujours enfoncé sous mes draps.
Agréable sensation qui survient ainsi et s’empare de mon corps assoupi, encore en léthargie. Je ne sais pas, tout au fond de ma conscience, si ce que je perçois est vrai ou faux. Et je n’ai pas envie de le savoir. Je préfère me laisser flotter dans cet état onirique, tendrement bercé par ce songe agréable.
Dans le creux de ma torpeur apparaît une succession d’images floues formant des cercles vaguement concentriques. Des ronds qui surgissent et disparaissent comme ceux que l’on voit après avoir jeté une pierre dans un lac. Mais ces cercles-là forment des ondes marines glissant vers le centre du lac !
Illusion reposante, douce et enveloppante.
Les cercles se rapprochent doucement en même temps que s’accroît la netteté du tableau.
Apparaît lentement un paysage marin comme un décor vu au travers d’une vitre embuée dont la vapeur disparaît lentement.
Je distingue un panorama de bord de mer ; une plage au sable blanc. J’ai l’impression d’être à l’intérieur de ce décor qui remue légèrement.
La mer pousse des vaguelettes luisantes venant mourir sur le sable immaculé et scintillant. Le soleil irradie comme en plein été.
Je peux marcher sur ce sable, lentement, prudemment, ne percevant aucun murmure du ressac à mes pieds.
Silence absolu dans ce paysage.
Je ne sais combien de temps j’y reste immobile, les pieds dans l’eau.
Puis les ondes du début du rêve se reforment… Et le décor marin s’efface graduellement.
Je me rendors. M’étais-je seulement réveillé ? Qu’importe ! C’était beau et tellement réel.