La Lettre de réclamation

Ouest-France - Article de Florence Pitard du 11 août 2018

Florence Pitard, journaliste à Ouest-France, a sélectionné pour vous 6 livres « pour rire et s’évader sur la plage » : La Lettre de réclamation, le roman de Christine Sagnier, y figure en bonne place !

Pour lire l’article en ligne, c'est ici.

Ouest france du 11 aout 2018 2 light

Jali sur l'Inde et l'Asie - Chronique du 30 juillet 2018

« La lettre de réclamation est un roman original car le récit de voyage de Jean en Inde est conté à travers une lettre de réclamation que ce dernier envoi à l'éditeur de son guide de voyage. [...]
Dans La lettre de réclamation, la première chose que l'on constate avec Jean - et de nombreux voyageurs ont fait la même expérience - est que dès qu'il pose le pied sur le sol indien, c'est le choc des cultures qui lui explose en plein visage. [...]
 Christine Sagnier prouve que l'Inde change les gens et leur façon de voir la vie. À travers certains passages de ce roman, vous verrez sans doute votre propre reflet. N'hésitez donc à pas à lire ce roman, qui est d'ailleurs très bien écrit. »

Lire la chronique complète sur le blog d'Atasi

A bride abattue - L'article de Marie-Claire Poirier du 1er juillet 2018

« [...] N'aie pas peur de regarder l'autre dans les yeux, tu finiras par t'y voir toi-même. Ce proverbe africain prend toute sa saveur une fois qu'on a digéré les ruminations de notre touriste, témoignant qu'il existe bel et bien un syndrome indien. Il ne fait pas de doute qu'un tel voyage  change un homme au risque de faire de lui un être incompris comme en témoigne la réponse de l'éditeur publiée en épilogue.

L'Inde est le chemin de croix du touriste moyen, dit le personnage. Ce sera aussi un chemin de foi  car Jean qui n'est pas croyant va se mettre à prier. Il va comprendre que s'ouvrir à l'autre en acceptant de ne pas tout comprendre de nos différences permet la rencontre pour peu qu'on est soi-même et sincère. Le retraité breton, pantouflard et ronchon, récemment séparé de sa femme, reviendra totalement changé.
Le message aurait pu être moralisateur. La forme de la lettre permet d'installer une distance salutaire et comme son personnage est fictif l'auteure peut lui donner des traits de caractère qui le rendent à la fois sympathique et exaspérant. [...]

La lettre de réclamation [...] est écrite dans la même veine humoristique [que Roméo à la folie], toujours corrosive, et toujours aussi juste, mais plus légère et j'en conseille vivement la lecture [...]

Lire la chronique complète sur le blog culturel A bride abattue

PublikArt - Chronique coup de coeur de Bénédicte de Loriol du 25 juin 2018

« Un livre absolument excellent et hilarant

Christine Sagnier est une passionnée d’art mais aussi de voyages. Avec La lettre de réclamation, elle nous emmène bien loin de notre petite France, puisqu’elle va narrer le voyage en Inde de Jean Guézennec, un breton à la retraite. Ce petit livre est un bijou, notre coup de cœur, assurément ! A lire absolument surtout si on envisage de passer ses vacances en Inde cet été ! Peut-être sera-t-on mieux préparé au choc des cultures… [...]

Bref, Publik’Art ne vous racontera pas toutes les situations qu’a vécues Jean, mais vous invite très fortement à lire ce petit bijou écrit avec une plume légère, corrosive et toujours emplie d’humour et de joie ! Un vrai coup de cœur !»

Lire la chronique intégrale de Bénédicte de Loriol sur le webzine culturel PublikArt

Voyageurs du Net - Interview de Christine Sagnier du 22 mai 2018 par Mikaël Faujour

 « En avril, paraissait, aux éditions Zinedi, La lettre de réclamation, de Christine Sagnier. Dans ce roman drolatique, un retraité pantouflard, bousculé par sa récente séparation avec sa femme, qui l’a quitté pour plus jeune que lui, décide de bouleverser ses habitudes, à rebours aussi de l’idée qu’ont de lui ses enfants… et s’envole pour l’Inde. Secoué par le chaos de sensations et le désordre constitutif du pays, lui qui n’a jamais voyagé, a tôt fait de réaliser la tromperie du guide touristique acheté pour s’orienter dans ses pérégrinations. De mésaventure en mésaventure, il découvre tout ce que l’Inde compte de plus calamiteux, autant de déconvenues en fin de compte heureuses, qui l’arrachent à sa zone de confort. Nous avons voulu poser quelques questions à l’auteure au sujet de son livre, bien sûr, mais aussi de l’Inde, du voyage et du tourisme... »

Quelques extraits des réponses de Christine Sagnier :

« Pour moi, le voyage, c’est avant tout la rencontre, laquelle ne peut avoir lieu que si l’on prend le temps, quitte à ne visiter qu’une tout petite portion du pays, et les plus beaux moments, ceux dont on garde un souvenir indéfectible, sont souvent les plus inattendus. »

« En Inde, on n’échappe ni au désordre ni à la vie qui bouillonne. L’Inde électrise… »

« Jean Guézennec va se transformer au cours de ce périple et se libérer d’une sorte de « faux-self ». Est-ce cette fragilité qui lui a dicté d’aller en Inde, ou bien l’Inde qui a jeté son dévolu sur lui ? En tout cas, il sort grandi de ce voyage. »

Lire linterview de Christine Sagnier sur le blog voyageurs-du-net.com

Le petit journal - Article d’Adrien Filoche du 1er mai 2018

L’Inde, un voyage sans retour

« Dans ce pays aux multiples facettes, le décalage entre modernité et pauvreté est tellement violent qu’il nous atteint au plus profond de notre être. On parle beaucoup de syndrome du voyageur, ou syndrome de l’Inde, un trouble psychique qui se manifeste lorsque un individu se retrouve confronté à la réalité parfois insupportable du quotidien dans lequel il est plongé.

Dans ce syndrome de l’Inde, le personnage du roman y tombe la tête la première. "Ce voyage provoque des étincelles et chamboule les émotions de cet ancien ingénieur, très carré, et fragilisé par son récent divorce. Et puis cet homme qui n’a pas véritablement fait de crise d’adolescence, et bien c’est en Inde qu’il va la faire. L’Inde provoque un tel électrochoc qu’il perd le contrôle. Mais au final, ce chemin de croix va lui apporter beaucoup. Il fait évidemment de belles rencontres, mais remet surtout en cause sa façon de percevoir le monde et les autres. L’Inde lui a en quelque sorte ouvert les yeux."

Rédiger une lettre de réclamation à destination de l’éditeur du guide est crucial. Pourquoi ? Car cela offre quelque chose d’essentiel au personnage : du recul. "Cette lettre lui permet de mettre des mots sur le voyage. Il se rend compte de toutes les péripéties qu’il a vécues. Et grâce à cela, il perçoit les côtés positifs : il voit le monde différemment, il s’est défait de sa raideur, il est désormais plus ouvert aux autres et plus proche de sa famille", explique Christine Sagnier.

La Lettre de réclamation parcourt l’Inde, jongle avec l’autodérision, l’humour, en bringuebalant son personnage d’une situation invraisemblable à une autre. "Ce livre se moque aussi du regard qu’on peut avoir sur quelque chose qu’on ne connaît pas, qu’on ne comprend pas et qui nous choque. Au final, la véritable solution selon moi, c’est de se laisser aller."

L’objectif du livre n’est en aucun cas de décourager les voyageurs désireux de partir en Inde. Le roman révèle autant les richesses de l’Inde que ses travers, sans en oublier les nôtres. "Le problème avec les voyages, c’est qu’on part souvent avec nos idées préconçues, uniformisées et aseptisées". Le livre déconstruit cet imaginaire doré et exprime toute la puissance d’un périple en Inde, une aventure qui prend aux tripes et qui change. Plus que les autres. Et puis à travers ce format original, d’une lettre adressée à un éditeur de guide touristique, Christine Sagnier en profite aussi pour leur envoyer une petite pique : "J’ai moi-même constaté que lorsque l’on se fie aux guides, nous ne sommes pas à l’abris de grosses déconvenues." [...] »

Lire l’article complet d’Adrien Filoche sur le petit journal

Méllectures - La chronique de Mélanie Jarnet du 23 avril 2018

« [...] Il y a quelques mois j’ai eu le plaisir de découvrir la plume de Christine Sagnier grâce à son précédent livre Roméo à la folie, un livre que j’avais beaucoup aimé. J’étais tombée sous le charme de sa plume à la fois drôle et touchante, sincère et profonde. J’étais donc très impatiente de découvrir son nouveau roman. Et je dois dire que dès le départ j’ai retrouvé ce qui m’avait tant plu lors de ma précédente lecture, une plume mordante et incisive, capable d’insuffler du second degré et de l’humour même dans les situations les plus désespérées. [...]
[Jean Guézennec] va se retrouver confronté à ce qu’est réellement l’Inde, un pays complexe et fascinant à la fois, un pays qui ressemble fortement à un chaos organisé dans lequel les gens de toutes origines se mêlent et se croisent. Il va découvrir que le danger est à la fois partout et nulle part et qu'il faut savoir l'accepter pour aller de l’avant. Je ne vous décrirai pas les aventures qu’il va vivre mais je peux vous dire que cela va fortement le secouer. Cela explique d’ailleurs son envie d’écrire à l’éditeur du guide touristique qu’il avait emmené dans ses valises, un guide qui ne vantait que les qualités de l’Inde. En couchant sur papier ce qu’il a vécu, il va prendre conscience de certaines choses. Il va se rendre compte que ce voyage l’a fortement changé. [...]
J’ai beaucoup aimé ce livre, il est à la fois fort et intense, drôle et touchant. Ce subtil mélange fait que l’on est passionné par cette histoire du début à la fin. ...] J’ai [...] eu l’impression que Jean se confiait à moi et non à une tierce personne. Une proximité que l’on doit à la façon dont nous est conté ce voyage, un voyage vers l’ailleurs, vers l’autre et surtout vers soi. »

Lire la chronique complète de Mélanie Jarnet sur le blog Mellectures

Radio Notre-Dame - Interview de Christine Sagnier du 19 avril 2018

Christine Sagnier parle voyage avec Marie-Leïla Coussa sur Radio-Notre-Dame  dans la bien nommée émission "Rencontre"... parce qu’il n’y a pas de voyage sans rencontre...

A réécouter en podcast sur Radio Notre-Dame

Couverture de La Lettre de réclamation

Retour à la fiche du livre La Lettre de réclamation

Ajouter un commentaire