Blog

Livre d’histoire, poème de Claude Sarrassat

Par Le 20/08/2021

Livre d’histoire

Sur la photo en noir et blanc
Glissée dans un livre d’histoire,
Le sourire de tes quinze ans
S’éclaire au fil de ma mémoire.

Au temps de notre adolescence,
Tous les chagrins, je les revois,
Et cet amour plein d’innocence
Qui vit encore au fond de moi.

Nos rencontres étaient passagères,
Après la classe, je t’attendais,
Et notre bonheur éphémère,
Tu souriais, moi je t’aimais.

Sur le chemin des écoliers,
Parfois je te prenais la main,
En me promettant d’essayer
De  t’embrasser le lendemain.

Á l’âge où l’on rêve sa vie,
L’amour nous berce d’illusion.
Celle que mon cœur avait choisie
Se gardait de toute passion.

Elle voulut cesser de me voir
Et comme on laisse un souvenir,
Á la fin du livre d’histoire ,
Glissa sa photo sans rien dire.

© Claude Sarrassat, février 2021

Nous, les gosses - Un quartier de Paris sous l’Occupation
Nous, les apprentis

Surfez sur la vague de l'édition indépendante

Par Le 02/06/2021

Logo surfez sur la vagueAfin de soutenir l'édition en région mise à mal par la crise sanitaire, l'annulation de Livre Paris en 2020 et en 2021, ainsi que de nombreuses manifestations en région, au national et à l'international, Normandie Livre & Lecture organise un mois de l’édition indépendante en région et propose aux libraires de la région de participer à une action collective, afin de valoriser les catalogues des éditeurs en région :

du 31 mai au 30 juin 2021,  les librairies peuvent devenir partenaires de l'opération en mettant en avant un ou plusieurs catalogues d'éditeurs, par le moyen de table et vitrine (1 mois minimum) et en participant au concours de la plus belle vitrine valorisant les maisons d'édition normandes (doté d'un prix de 500 €).

Pour s'inscrire, c'est ici : inscription libraire.

Et voici la belle vitrine de la librairie Le Passage à Alençon

Img 0642

Le diptyque d'Hervé Mestron au festival d'Avignon

Par Le 31/05/2021

Les novellas d'Hervé Mestron, parues aux éditions Antidata, Cendres de Marbella (Prix Hors Concours des lycéens 2018 et Prix Place aux nouvelles 2018) et Gardien du Temple, seront interprétées sur scène à Avignon par la Compagnie Périphériques au mois de juillet. Toutes les dates et le dossier complet sont dans le fichier téléchargeable ci-dessous.

Dyptique Hervé Mestron Avignondyptique-mestron-dossier-compressed-1-.pdf (1 Mo)

DgfdgrReqr

 

Réédition du récit de Christine Sagnier Un ange est passé

Par Le 27/05/2021

Un ange est passé, récit de Christine SagnierChristine Sagnier dans son récit bouleversant, Un ange est passé, nous dit le bonheur d'attendre un enfant et le désespoir de le perdre au bout de huit mois de grossesse.

Passée cette quasi-résurrection à laquelle l’écriture a largement contribué, je sais qu’il y aura encore et encore ces périodes d’abattement et de vide intérieur, ces moments de désespérance où la mort reprend allègrement son travail de sape. Je me suis résolue à vivre avec cette peur qui entrave toute idée d’un avenir lointain. Revivre est en fait un travail de tous les instants, une sorte de gymnastique de l’esprit, un jeu de cache-cache avec les idées sombres où le moindre écueil prend des allures de montagne. Alors revient cette sensation d’être aspirée vers le néant, et cette lucidité qui vous ronge parce que vous, vous savez que la vie peut basculer à chaque instant !

Une partie de moi-même est morte et bien morte avec Mathieu, l’autre se bat pour vivre. Mais vivre, est-ce accepter ou vivre avec ? Peut-on un jour admettre l’inadmissible ? (1998)

 

En relisant cette préface écrite il y a plus de vingt ans, je peux affirmer aujourd’hui – j’en suis heureuse et fière – que je me sens entière et bien vivante, amputée d’aucune partie de moi-même, mais qu’au contraire, Mathieu est en moi pour toujours ; sa mort et sa présence, l’une et l’autre n’étant pas antinomiques, ont fait ce que je suis. Aujourd’hui, je m’autorise à imaginer mon bébé me souriant ; c’est une libération. (2020)

Parution du nouveau roman de Martine Gasnier

Par Le 27/05/2021

Affiche julien« Je ne suis pas un animal ! Je suis un être humain ! Je suis un homme ! » (John Merrichk dans Elephant man, le film de David Lynch)

Telle est la citation que Martine Gasnier a choisi de mettre en exergue de son quatrième roman Julien l’exhibé, qui vient de paraître aux éditions Zinéi.

Patrick Vincelet, professeur d’université, écrivain, passionné d’ethnopsychologie, dit dans sa préface : « Dès les deux premières pages, Martine Gasnier vous fait pénétrer dans le Perche normand de la fin du xixe siècle, monde rural pauvre, laborieux, loin des villes où règnent l’activité et la production, les distractions et le mouvement.

Les enfants de ce pays-là ne verront sans doute pas d’autres terroirs ou d’autres horizons que ceux qui permettront aux seuls conscrits de s’en échapper.

Le talent de l’auteur vous fait vivre les intérieurs des lieux, l’intimité des personnages, le déroulement de la vie quotidienne, jusqu’aux parfums d’ambiance et aux états d’âme révélés chez ces taiseux de constitution. Elle est inspirée d’un Giono qui serait de l’Ouest et d’un Balzac avec une psychologie de notre temps.

Dans ce pays du bout du monde où la culture n’a pas raison, naît un petit bonhomme, un pas fini qui n’atteindra que quelques longueurs de cigarettes pour toute hauteur et pour toute sa vie qui, faute de connaissances médicales suffisantes, sera courte. Un nain, dit-on. Il sera aimé sans réserve par ses parents, des sans-grade courageux, bons et tolérants [...]

C’est à un voyage au pays de l’humain que cette lecture, dont on se sent l’Obligé, va vous conduire. Julien est en humanité totale et quand il exhibe sa différence, il n’est que ton miroir, Lectrice et Lecteur. »

En vente dans les librairies qui soutiennent l’édition de création et en commande partout en France et à l’étranger sur commande.

Zinédi invité sur France 3 Normandie Ensemble c'est mieux

Par Le 25/05/2021

Les éditions Zinédi étaient invitées sur le plateau d'Ensemble c'est mieux" sur France 3 région Normandie. Le replay du 25 mai peut être vu en cliquant sur le lien de l'émission ci-dessous.

J'écris une nouvelle pour être lu

Par Le 15/04/2021

Le site conseilsdelecture organise du 27/02/2021 au 27/09/2021 un concours de nouvelles ouvert à tous et quel qu'en soit le genre. Seule contrainte : être entièrement originale et ne pas avoir été publiée.

Pour en savoir plus, cliquez sur ce lien : J'écris une nouvelle pour être lu.

Un jardin enchanté (villa Garzoni)

Par Le 12/02/2021

Dans le grand jardin qui dévale la colline, à l’ombre de ces arbres mythiques qui ne s’épanouissent que sous les caresses d’un soleil amoureux, on rencontre un peuple étrange dont la vie s’est figée il y a bien longtemps. Alignés sur des fenêtres ouvertes dans une haie de buis, des bustes d'empereurs romains tentent de défier le temps en rappelant au promeneur leur empire perdu. On peine à les nommer parce que notre souvenir s’est émoussé et qu’une certaine confusion s’est établie entre eux. On essaie de reconnaître les plus célèbres, ceux qui se distinguèrent par leurs vertus ou leurs vices et survécurent ainsi à l’oubli. Ils sont là, devant nous, outragés par les saisons, amputés d’une oreille ou du nez, la lèvre fendue et désormais privés de leurs yeux. Leur pouvoir s’en est allé comme toutes les vanités humaines. Ils ne sont plus que les vestiges d’une Antiquité de pacotille, celle des péplums et du mélodrame qui fait pleurer dans les chaumières. On s’attarde quelques instants, pris d’une singulière pitié. Puis sans y prendre garde, on s’éloigne, déjà oublieux des Césars parce qu’un oiseau s’est mis à chanter, nous ramenant à la réalité bien douce d’une promenade enchantée. On écoute bruire la nature, on s’arrête pour regarder un papillon en habit de bal se poser sur une fleur intimidée par tant d’éclat et l’on parvient, en musardant, à la grotte où s’abriter de la chaleur sera notre récompense. De vasques de marbre surgissent des animaux marins, chevaux hennissants et poissons joufflus guidés par Neptune accompagné de naïades. On s’attend à jouir du spectacle désaltérant de l’eau, on s’apprête à en écouter le murmure quand on s’aperçoit que cet univers aquatique n’est plus qu’un mirage. La bouche des bêtes s’est asséchée, elles n’ont plus rien à offrir aux bassins devenus inutiles. Là où naguère coulait la vie, règne aujourd’hui la mort. Mais, étrangement on ne cherche pas à fuir. On s’assied sur un muret incrusté de coquillages et on donne libre cours au vagabondage de son esprit. Des âmes s’envolent vers des rendez-vous dont nous ne saurons rien. On les interpelle pour savoir qui elles sont. Notre prière reste sans réponse. Alors on sort et, par les allées où l’ombre est avare de ses bienfaits, on rejoint les bassins en terrasse qu’alimente une redoutable Renommée soufflant dans sa trompette. Elle annonce, à qui veut l’entendre, les mérites des uns, les turpitudes des autres, avec une jouissance toujours renouvelée. Aucune trace de fatigue ne se lit sur ses traits et la passion qui l’anime demeure intacte. Elle ne sera jamais vieille. On se tient à ses pieds en songeant que, par son souffle tout puissant, elle pourrait anéantir nos efforts de vertu. Drôle de messagère qui érige des piédestaux pour mieux les faire tomber quand l’envie lui en prend. Dans la lumière d’or, elle apparaît comme la maîtresse de nos destinées et nous en sommes troublés mais pas inquiets. Il règne sur le jardin un enchantement qui nous soustrait à toute crainte. Ici le mot réputation a perdu son sens. Le monde tel qu’il va n’en franchira jamais la grille.

Extrait de Carnets d'Italie ©Martine Gasnier

Jardin villa garzoni 1Jardin villa garzoni 2Jardin villa garzoni 3